top of page

Le trouble de la personnalité limite ; Les proches s'expriment!

Dernière mise à jour : 27 mars 2022




Des remerciements spéciales bien spéciale : Merci à toutes les personnes qui ont bien voulus partager leur histoire à nos visiteurs. Chose certaine:, un bon jour, vos témoignages redonneront de l'espoir à quelqu'un! Sans aucune doute! Bravo! Je cotoie une personne quotidiennement qui souffre d'une trouble de la personnalité limite. Si on me dit cela et qu'on penser qu'elle m'a aidé, elle n'a aucune idée de ma réalité.


 

MICHELLE, SOEUR DE CHANTAL (TPL) : << Les déclencheurs d’une forte émotion sont des choses du quotidien : son patron qui lui dit « rendez-vous demain dans mon bureau » va se transformer en « est-ce que je vais perdre mon travail? » peut être le genre de comportement qu'une ayant de TPL peut eprouvé. Des choses banales comme une amie qui n’est pas disponible tel jour peut générer une grande angoisse d’abandon…Pour neutraliser l’intensité de ses émotions, ma soeur mettait en place tous les mécanismes de protection qui existent : les « passages à l’acte » tels que l’automutilation, les gestes suicidaires, la consommation ou encore les « agir » de colère : j'y ai été habituée

MARIO, PSYCHIATRE : << Les proches peuvent devenir moins sensibles à force d’être confrontés aux mêmes situations, encore et encore … Des blessures s’accumulent de part et d’autre. Le proche pense parfois que la personne atteinte exagère. Les personnes atteintes d’un trouble de personnalité sont dans une quête affective : elles cherchent à être rassurées par les gens de leur entourage. Le proche peut se sentir impuissant et devant l’impuissance il aura tendance à passer à l’action, à être dans la solution, mais cela peut provoquer de l’irritation chez la personne qui ne se sent pas comprise >> .


Ne prend pas ses problèmes sur tes épaules! Lâche prise! MAIS COMMENT. EST-CE AUSSI FACILE LORSQUE LA PERSONNE COTOIE DE FAÇON RÉGULIÈRE UNE PERSONNE QU'ELLE AFFECTIONNE ET QUI A UN DIAGNOSTIC DE TPL


Vertatim/Procès verbal : Entretien #39

Lieu de la rencontre : CLSC du fin, 13h20


Personne présentes :

Louisa-Félicia - Intervenante sociale CSSDGS & CLSC

Mme Maryfay-Clochette Spice (Cliente, raison de consultation ---> Suivi psychosociale : Demande de service afin d'obtenir de l'aide et du soutien concernant son fils qui souffre d'un TPL et qui ne va pas bien.


Intervenante - Bonjour Madame Spice, vous me semblez agitée, voulez-vous m'expliquer ce qui se passe?


Mme M-F Spice - J’ai les mains qui brûlent, je ne dors plus et je ne sais plus quoi faire? (ÉCLATE EN SANGLOT)


Intervenante - Je comprend que vous vivez de la tristesse, de l'impuissance. Voulez-vous me raconter?


Mme M-F Spice : C'est encore Bobino...


Intervenante : Bobino, votre fils ainé si je me rappelle bien ?!


Mme M-F Spice : Exact, oui, il m’a dit : «Si tu m’aimes, prends ma patate chaude qui me brûle ». Je me retrouve avec sa patate et la mienne qui me brûle affreusement, je me sens prisonnière de 2 patates chaudes ! Aidez-moi s’il vous plait, pouvez-vous prendre mes 2 patates? Avez-vous les épaules assez solides ?


Intervenante - Mais alors moi je serai aux prises avec 3 patates. Je suis désolée, ma limite est d’une seule patate, je garde la mienne. Par contre, je peux vous aider à redonner la patate à votre fils et refroidir la vôtre. Qu'en pensez-vous?


Mme M-F Spice - Comment pouvons-nous l’aider si on lui redonne sa patate? J'aimerais qu’il cesse sa consommation d’alcool et de drogues, qu’il arrête de dépenser au casino l’argent que sa mamie et moi nous lui donnons, qu’il suive une thérapie, qu’il vive le jour et non la nuit. Jer souhaite également qu’il soit capable de garder un emploi. Mon ex-conjoint, (son père), est retourné sur le marché du travail. il n'a pas eu le choix de toute façon, Bobino nous demande beaucoup d’argent. Nous faisons tout pour lui : nous payons son loyer, nous assumons ses paiements auto, sans compter ses contraventions, ses cartes de crédit, son compte de cellulaire, il est avec BELL en plus. Nous lui donnons de l’argent pour faire son épicerie et je lui prépare des petits plats que mon chum va lui porter.


Intervenante - Si je comprends bien, vous payez sa drogue, son alcool et vous lui donnez de l’argent pour le casino…


Mme M-F Spice - Non ! Non ! Tout sauf ça.


Intervenante - En êtes-vous sûre ??? Si vous décidez de ne plus lui donner d’argent, que se passera-t-il selon vous? Si vous cessez de payer son auto, ses contraventions, ses cartes de crédit et son téléphone? Bobino vous demande de l’aide depuis longtemps, personne n’a avancé d’un pas, car vous ne cessez de le pousser alors que votre fils a les 2 pieds sur le frein. Une personne qui sur-fonctionne ne fait qu’amener l’autre à sous-fonctionner. Je peux vous outiller, vous orienter vers une nouvelle façon d’agir. Un proche aidant doit commencer par prendre soin de soi. Je vais vous enseigner comment mettre vos limites pour vous aider et éventuellement aider votre proche. Vous devez déterminer ce qui est dérangeant pour vous, ce que vous désirez changer. Vous souhaitez que votre proche aille consulter, qu’il modifie plus ieurs aspects de sa vie, mais cela va lui prendre du temps. N’oubliez pas qu’il vous a fallu plusieurs années à vous-même, avant d’atterrir à l’association pour solliciter notre aide. Avant vous n’étiez pas prêtes, vous comptiez sur votre fille et son conjoint. Il vous a fallu être à court de ressources pour arriver dans mon bureau. Et je vous félicite d'avoir eu ce courage, je sais que ce n'est facile d'accepter qu'on est plus en mesure seul d'aider un être cher . Votre fils s’appuie sur vous. Si vous modifiez l’aide que vous lui apportez, il se tournera vers un soutien extérieur. La souffrance et l’impuissance nous poussent à consulter. Vous êtes ses parents, vous ne pouvez pas être son médecin, son psychologue, son intervenante : vous ne pouvez pas prendre sa poche de patates sur vos épaules ! C’est la meilleure façon d’aider sans nuire, et sans y laisser sa peau !



Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.

|

bottom of page